Séville, le premier producteur mondial d’orange amère

Mise en place d’un laboratoire d’analyses sensorielles
29 novembre 2019
La PEEV partenaire de recherche de la Région Sud
6 janvier 2020

« Séville, le premier producteur mondial d’orange amère »

 

Beatriz Carmona, Responsable Marketing et le département produits dérivés de citrus de Bordas, expliquent comment l’orange amère est devenue un symbole mondialement reconnu de Séville, capitale de la région d’Andalousie (Espagne). Bordas est l’un des leaders européens de la production d’extraits de plantes et d’huiles essentielles et partenaire industriel d’ID4FEED*, société sœur d’ID4TECH.

Sans le vouloir et sans même sans y être allé, c’est l’image d’orangers en fleurs qui vient à l’esprit quand on pense à Séville. Avec un petit effort, on peut même sentir sa fleur, qui dure très peu de temps, entre une et deux semaines.
L’oranger amer, Citrus × aurantium; L.., est cultivé depuis de nombreuses années, principalement pour son parfum et ses applications en cuisine.
Il y a actuellement environ 48 000 orangers dispersés dans toute la ville, y compris dans les parcs et les rues.
« Les fruits de l’oranger amer sont très intéressants pour l’industrie du parfum, où les huiles essentielles sont très utilisées », explique Beatriz Carmona qui ajoute : « A partir des pelures séchées d’orange, nous obtenons deux flavonoïdes, le complexe de bioflavonoïdes de Citrus et la néohespéridine. Ces deux ingrédients sont largement utilisés dans l’industrie pharmaceutique, mais aussi en nutrition-santé animale comme ingrédients nutraceutiques.

Augmentation de la demande

Si l’oranger amer se retrouve dans de nombreuses régions du monde comme l’Afrique du Nord, certaines régions d’Amérique du Sud, le Moyen-Orient, la Chine ou l’Australie, Séville demeure le
premier producteur d’orange amère au monde et c’est pourquoi l’oranger est devenu un symbole mondialement reconnu de cette ville.
La récole a lieu pendant les mois froids, de début décembre à fin mars, lorsque les fruits mûrissent.
Après les années difficiles de la crise (2012-2016) au cours desquelles le marché a subi une baisse significative, tant au niveau du volume que du prix, le marché est aujourd’hui à la hausse.
La campagne 2017-2018 a été marquée par une grande sécheresse et s’est révélée très courte. La production a été faible.
La récolte de la saison 2018-2019 s’est mieux passée que la précédente. Cela est dû, entres autres, à une augmentation de la demande conjointe à une diminution de l’offre, puisque le nombre de zones cultivées d’orangers amers a diminué. Cette baisse de l’offre s’explique par la volonté de certains agriculteurs de remplacer leurs plantations d’orangers par d’autres cultures plus rentables, mais aussi par le coût de la main-d’œuvre qui a subi une augmentation record.
L’année 2019 s’est révélée extrêmement sèche et chaude, ce qui a conduit à une diminution significative de la production par rapport à l’année précédente. Néanmoins, en regardant les chiffres globaux, l’année semble plutôt normale avec une baisse de 5 à 10% par rapport à la moyenne de ces dernières années.
La température élevée et les longues périodes de sécheresse ont également modifié le processus de maturation du fruit, avec des oranges qui ont mûri plus tôt dans certaines zones et une maturation retardée dans d’autres.
Cependant, ce stress a également eu des conséquences positives en produisant des fruits avec une concentration plus élevée en éléments nutritifs ayant des effets positifs sur la santé, de meilleurs indices de qualité mais aussi de meilleures caractéristiques organoleptiques.
Au final, la production de Bordas est restée constante grâce à sa politique de gestion et à des installations modernes telles que des systèmes d’irrigation et de fertilisation et un soutien nutritionnel supplémentaire ayant permis d’atténuer les effets du climat sur les cultures.
La société Bordas possède ses propres plantations d’orangers sur ses terres familiales de plus de 300 ha où poussent traditionnellement des orangers. Bordas produit à la fois de l’orange amère
conventionnelle et biologique. Dans le cas des oranges conventionnelles, l’utilisation de pesticides est minimisée grâce à une gestion intégrée des nuisibles.
La cueillette des fruits est un travail manuel difficile. Il est en effet nécessaire de sélectionner les fruits un par un pour éviter de les abîmer. Les fruits sont ensuite acheminés en vrac ou en cartons dans l’usine de Bordas. C’est à ce moment-là que s’opère la sélection rigoureuse des fruits de la meilleure qualité.
Pendant toute la durée du processus, le nettoyage et l’hygiène sont fondamentaux, ainsi que le contrôle et la traçabilité des traitements phytosanitaires.
Selon l’utilisation finale et le pays de destination, les fruits peuvent être transportés à température ambiante, réfrigérés ou bien congelés.
Les oranges amères sont traditionnellement intéressantes pour les marchés étrangers, pour des pays
tels que le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France, la Nouvelle-Zélande et l’Australie.
Le Royaume-Uni est depuis longtemps le plus gros consommateur d’oranges amères. Les oranges sont utilisées pour la fabrication de marmelades faites maison pour le petit-déjeuner, pour la boulangerie et les gâteaux.

*En 2012, Bordas a pris la décision de créer un partenariat clé avec ID4FEED pour que les deux sociétés puissent offrir ensemble des solutions techniques favorisant la santé, les performances et le bien-être des animaux.

 

Les fruits de l’oranger amer sont très intéressants pour l’industrie du parfum, où les huiles essentielles sont très utilisées